1887
Volume 42, Issue 3
  • ISSN 0521-9744
  • E-ISSN: 1569-9668
USD
Buy:$35.00 + Taxes

Abstract

AbstractWriting on translation theory and the way it should be taught in schools or universities still appears to be dominated by rules formulated a long time ago on what is mainly typified as description of a good translation; it is unfortunate that some translation theorists have taken the stance to declare that translation is a craft, ignoring the potentiality of creating a comprehensive theory of translation (Newmark 1980: 113).In this paper, translation theory is not to be regarded as an exercise focusing on language learning; it is a discipline in its own right. This paper attempts to argue that translation theory is an aid to the translator; it helps him to capture the sense and the spirit of verbal and non-verbal elements in texts. This paper demonstrates that any attempt to teach translation without resorting to translation theory would fail to produce certain elements that are essential to the effectiveness and efficiency of text. A good translator is therefore the one who can link between translation theory and teaching translation practice, as translation theory enriches the translator's knowledge of the text and that is providing insights into cross-cultural semantics and pragmatics; it also provides the translator with the adequate knowledge and understanding of the techniques and ways of approaching a text.RésuméA l'heure actuelle, les écrits sur la théorie de la traduction et sur la manière dont elle doit être enseignée dans les écoles de traduction ou dans les universités, semblent encore être dominés par des règles formulées à une époque où elle se limitait essentiellement à décrire ce qu'était une bonne traduction. Il est regrettable que certains théoriciens de la traduction aient énoncé que la traduction était une technique et aient ignoré par conséquent les possibilités de créer une théorie globale de la traduction (Newmark 1980: 113).Dans cet article, l'auteur ne considère pas la théorie de la traduction comme un exercice centré sur l'apprentissage de la langue mais bien plus comme une discipline à part entière. L'auteur s'efforce donc de faire valoir que la théorie de la traduction peut constituer un outil pour le traducteur qui l'aidera à saisir l'esprit et la lettre des éléments verbaux et non verbaux d'un texte. Il démontre que toute tentative d'enseigner la traduction sans avoir recours à la théorie de la traduction ne parviendrait pas à produire certains éléments qui sont essentiels pour qu'un texte atteigne son but et accomplisse sa fonction. Le bon traducteur est donc celui qui parvient à établir un lien entre la théorie de la traduction et l'enseignement de la pratique de la traduction. En effet, la théorie de la traduction permet au traducteur d'améliorer sa connaissance du texte, de mieux comprendre les aspects sémantiques et pragmatiques inhérents au passage d'une culture à une autre, et de maîtriser les techniques et l'approche d'un texte.
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1075/babel.42.3.05shi
1996-01-01
2019-09-21
Loading full text...

Full text loading...

References

http://instance.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1075/babel.42.3.05shi
Loading
  • Article Type: Research Article
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was successful
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error