1887
Volume 47, Issue 3
  • ISSN 0521-9744
  • E-ISSN: 1569-9668
USD
Buy:$35.00 + Taxes

Abstract

AbstractThis paper addresses the way the metaphor of peace in Othello, act i, iii, 197–208, has been rendered into Arabic by three published translations (Ghazi (1979), Jabra (1980), and Mutran (1922)). The Duke in the ST deploys a cluster of personifications in the hope his audience (Brabantio) could accept a peaceful solution to the dilemma of Desdemona-Othello’s marriage. By way of comparison the ST against the TT, the paper argues that a) formal translation, in the case of dynamic text, would incur upon the ST violence, serious translation loss, and foreignizing the TT, b) equivalent effect in the sense of sameness is hard to maintain in cases of dynamic text like the one under consideration. In the process of negotiating the text, the translator is assumed to create a language capable of mediating the ST textual effects. In other words the translator’s main concern, I argue, is to reinstate in the TT a relevant/approximate experience that is relevant to the ST. In doing so s/he would eliminate the tension that arises in an undesirable literal translation.RésuméCet article traite de la façon dont la métaphore relative à la aix ans Othello, acte i, iii, 197–208, a été rendue en langue arabe par trois traductions publiées, Ghazi (1979), Jabra (1980) et Mutran (1922). Le Duc dans le texte source déploie un éventail de personnifications dans l’espoir que son audience (Brabantio) puisse être en mesure d’accepter une solution pacifique au dilemme du mariage entre Desdémone et Othello. Lors de la comparaison entre le texte source et le texte cible, les arguments avancées dans l’article sont les suivants: a) une traduction formelle dans le cas d’un texte dynamique pourrait subir une sérieuse perte traductionnelle sur la violence du texte source et donner une connotation étrangère au texte cible; b) l’effet d’quivalence dans le sens d’identité est difficile à préserver dans les cas d ún texte dynamique comme celui examiné ici. Lors du traitement du texte, le traducteur est supposé de créer un langage capable d’aboutir à un compromis des effets textuels du texte source. En d’autres termes, le souci essentiel du traducteur, pour ma part, est de réintégrer dans le texte cible une expérience adéquate et approximative qui convienne au texte source. Ce faisant il éliminarait la tension sous-jacente d’une traduction litérale indésirable.
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1075/babel.47.3.03obe
2001-01-01
2019-09-22
Loading full text...

Full text loading...

References

http://instance.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1075/babel.47.3.03obe
Loading
  • Article Type: Other
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was successful
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error